AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Passagère clandestine à terre [clos]

Aller en bas 
AuteurMessage
Talyna Sil'Fae
Passager
Passager
avatar

Messages : 18
Date d'inscription : 31/05/2013
Age : 24
Localisation : Zwahalir

MessageSujet: Passagère clandestine à terre [clos]   Sam 1 Juin - 22:09


Dans une nature à l'apparence sauvage, parmi les herbes hautes de plusieurs mètres, pareille à une bête fauve, une jeune personne d'aspect humanoïde se déplaçait avec une souplesse et une vitesse pouvant paraître anormales, comme si elle avait la mort derrière elle, elle était suivie par un jeune homme plus grand qu'elle d'au moins deux têtes. Tous deux avaient les même cheveux blonds tirant très légèrement vers le roux, la même forme de visage fin et triangulaire quoi que celui de la jeune femme le soit légèrement plus, les mêmes yeux d'un violet légèrement bleuté faisant penser à de l'eau dans laquelle se refléterait une améthyste. Leur seule réelle différence résidait dans leur silhouette, celle du jeune homme était haute, ses épaules étaient larges, ses muscles saillants et bien dessinés sous un semblant d'armure lui couvrant les épaules, ses jambes étaient solides et quant à ses mains, elles étaient larges et puissantes. La jeune femme quant à elle était de taille moyenne, ni trop grande, ni trop petite, sa silhouette était fine, svelte, ses mouvements avaient quelque chose de félin et de souple, ses muscles étaient fins, ses doigts osseux et si son frère était très légèrement vêtu, elle était habillée d'une chemise souple aux manches amples, d'un veston rouge orangé alors que comme son frère, ses épaules était protégées par un semblant d'armure dans un alliage d'or, d'argent, de bronze et de cuivre étonnant et surtout étonnamment léger qui ne ralentissait en rien sa course parmi les herbes folles alors que le jeune homme la pressait encore :
"Plus vite Talyna ! Ils vont nous rattraper !"
La traque avait commencé trois heures plus tôt et les muscles de la jeune femme s'en trouvait de plus en plus éprouvés, la tirait de plus en plus, pourtant, elle continuait de courir à perdre haleine, déterminée à atteindre la caverne la plus proche. Ne pas rester parmi les plantes ni en terrain découvert... Dès qu'elle vit les premières pierres, elle passa par dessus, entrant dans les boyaux terrestres sans une hésitation, très vite, elle se retrouva à tâtonner dans le noir... Et aussitôt, elle alluma le cristal se trouvant au bout de sa lance, reprenant sa course, toujours suivie de son frère. Ils couraient, couraient, couraient, ses muscles engourdis la faisant de plus en plus souffrir... Finalement, arrivée dans une des nombreuses petites salles que l'on pouvait trouver dans ces galeries rocheuses, elle sentit sa vue se brouiller, se fut le noir, puis le silence... Un profond silence... Le vide s'ouvrit devant elle alors qu'elle tombait en avant en perdant connaissance... À son réveil, elle fut incapable de dire combien de temps elle était restée endormie, ni où elle était... Mais le fait qu'elle ait sa lance en main lui indiqua que son frère l'avait portée jusque là... Elle alluma le cristal comme plus tôt et regarda autour d'elle sans céder à la panique. Observa l'alcôve dans laquelle elle se trouvait, en sortit par la seule issu, ne courant plus mes marchant, c'est alors seulement qu'elle le vit... Empalé au bout d'une arme comme elle n'en avait jamais vu, acculé à une paroi... Il respirait encore, aussi se précipita vers lui, s'agenouillant au sol pour tendre le bras vers sa joue, l'appelant doucement. Mais toute cette mise en scène n'était qu'un piège qu'elle ne vit que trop tard, quand deux mains puissantes lui saisir les bras pour l'écarter de son frère alors que l'ultime souffle passait ses lèvres, elle hurla et voulut se débattre tandis que son cristal se brisait contre une des armes de tous ces barbares, n'arriva que par faire se resserrer la prise que les deux hommes avaient sur elle... Une fois qu'on lui eut attacher les poignets et les jambes, l'un des étrangers la prit sur son épaule alors que lui et les siens tournaient les talons. Une fois à l'extérieur, elle fut poser sur pierre et on la regarda, elle qui n'avait fait qu'hurler des sons inintelligibles, elle voyait dans le regard des bourreaux de son frère qu'ils se demandaient si elle savait parler, et elle ne les aida pas à trouver leur réponse, gardant le silence, les fixant comme une bête prise au piège.
"Ça parle pas ?"
C'était celui qui l'avait portée qui venait de prendre la parole de sa voix grave, il regardait ses compagnons, une main sur l'épaule de sa prisonnière et l'autre sur son genou pour s'assurer qu'elle ne bouge pas de la pierre ou n'essaye pas de lui cueillir le menton de ses pieds dans un geste désespéré. Ils avaient déjà eu du mal avec le garçon qui d'ailleurs était mort pour s'être montré trop agressif, ils voulaient garder la fille.
"On la ramène à Destan."
Balotée sur le dos de l’homme depuis pas loin d’une heure, la jeune femme aux cheveux blonds restait silencieuse, grondait de temps à autres comme pour signaler qu’elle n’était pas morte, comme pour signaler sa présence, comme pour essayer vainement de les effrayer… Une gamine pas très grande et aussi légère qu’une feuille, elle ne les effrayait franchement pas et cela se voyait clairement dans leur mine amusée dès qu’ils l’entendaient. Le reste du temps, elle réfléchissait, d’où venaient tous ces étrangers ? Qui était Destan dont ils avaient parlé plus tôt ? Mais surtout, elle réfléchissait sur ce qu’avait été sa vie jusqu’ici, jusqu’à cette rencontre qui, elle en avait parfaitement conscience allait bouleverser sa vie et son destin. Elle était née 21 ans auparavant, au sein même de l'académie. Y avait grandi, apprenant à connaître gérer son don et à connaître l'imagination. Enfant déjà, il lui arrivait d’être livrée à elle-même, ces épreuves ayant pour but d’apprendre la sagesse. Finalement, elle était sortit de l'académie, avait retrouvé pour seul parent son frère. La vie de tous deux dépendait alors de chacun et elle l'apprit très tôt à ses dépends. Elle avait dû aussi apprendre à participer à la vie de "famille" et naturellement. Vingt-et-un ans de vie, soudain Talyna se rendait compte que ça n’était rien, elle n’avait rien vécut en dehors de l'académie et de la vie avec son frère qui avant qu'ils ne montent dans ce navire était paisible. Elle n’avait que vécu la mort de son frère… Le chagrin envahi son cœur pour y rester enfermer, elle ne lui permettrait pas à ses yeux de pleurer, pas avant d’être chez elle à nouveau. Ce serait sa seule chance de survie parmi ces hommes : garder la tête froide.
Enfin, le groupe arriva au port qu'elle et son frère avait plus tôt quitté, elle regarda les bâtiments et les installations défiler sous ses yeux sans plus chercher à se débattre, anxieuse pourtant de rencontrer le grand Destan que son frère lui avait décrit froid et ferme. Mais elle décida de ne pas se laisser impressionnée, elle entendit qu'on frappait à une porte, elle compris qu'ils étaient arrivés...
"Destan, on a rattrapé la fille, mais on a dû se débarrasser du garçon..."
La voix de l'homme avait aissé de plusieurs octaves comme si il craignait la réaction de son supérieur ce qui aurait put lui tirer un sourire en d'autres conditions... Mais maintenant on la posait au sol, assise et à genoux, elle se sentait vulnérable et détestait cela, hésita à se plonger dans l'imagination pour trouver un moyen de défense.


Dernière édition par Talyna Sil'Fae le Mar 18 Juin - 21:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://albrazzia.forumactif.org/
Destan Til'Illan
Admin
Admin
avatar

Messages : 40
Date d'inscription : 19/05/2013
Age : 19

Feuille de personnage
Points de vie:
200/200  (200/200)
Buts et relations:

MessageSujet: Re: Passagère clandestine à terre [clos]   Dim 2 Juin - 5:56

Destan plongea sa tête dans ses mains , frotta ses tempes avec ardeur . Avec un grognement furieux il se leva , ignorant les regards qui se posaient sur lui . Personne ne parlait , on ne percevait que les grognements furibonds de Destan qui tournait en rond sur le sable . Cela fessait plus de 2 semaines qu'ils avaient débarqués à Zwahalir . Il y a eu des cris de joie d'enfin découvrir cette terre nouvelle , puis il y a eu l'incident ...

3 heures auparavant ...

Destan se joignit aux nombreux cris de joie , de hourras . Il se pencha au dessus de l'eau , laissa le vent fouetter son visage . Le bateau entra dans une baie aux eaux transparentes . Des poissons multicolores venaient se glisser contre le bateau , sautant par delà la surface de l'eau . Il ouvrit grand les bras , avant de plonger dans la mer Haru . Quelques membres de l'équipage firent pareils , d'autres préférèrent rester au sec . L'eau était délicieuse , environnant les vingt cinq degrés , et n'étant à peine salée . Destan profita de cet instant , de ce monde nouveau ... Il rejoignit la berge , en veillant à ce que ses équipiers le suive , puis ils observèrent avec attention la plage sur laquelle ils se trouvaient an attendant l'arrivée du bateau . Le sable était blanc comme la neige , doux et chauffé par un grand soleil . Des arbres tropicaux bordaient la mer et des fruits mûrs tombaient à même le sol . Cet endroit était paradisiaque , aucun doute là dessus .... Leur contemplation fut interrompue par un cri rauque étrange , provenant de bateau . Deux silhouettes descendirent du bateau accosté au port provisoire , coururent dans la jungle . Des hommes armés descendirent à leur tour , se ruèrent dans la forêt .

- STOP ! C'est quoi ce bordel ?!
Cria t'il en direction de ses hommes .

Tous se stoppèrent instantanément , se tournèrent vers Destan .

- En allant chercher le matos dans les cales , on a trouvé deux passagers clandestins .

-PARDON ?! Hurla Destan en écarquillant les yeux .

Il prit un instant pour se reprendre , puis , vrilla ses yeux gris acier vers ses hommes .

- Rapportez les moi tout les deux ...


Le ton de sa voix était calme , et il se détourna pour ne pas céder à la colère ... Là commença une longue attente ...

***
Des voix s'élevèrent , et Destan se retourna , sabre dans la main , pour regarder la fille qu'on lui présentait .

"Destan, on a rattrapé la fille, mais on a dû se débarrasser du garçon..."

Il planta son sabre dans le sable , hors de lui .

- C'est pas possible ça ! Vous pouviez pas lui attacher les poignets avec une corde au lieu de le butter ?!

Il planta ses yeux gris pleins de rage dans ceux de la fille , puis dans ceux des hommes qui l'avaient rapporter . La fille était agenouillée au sol , la tête regardant le sable . Destan leva la main , désigna le bateau du doigt .

- Enfermez la dans une cabine du bateau pour le moment . Je déciderais plus tard de son sort .

Ses hommes la reprirent , mais Destan les arrêta d'une main .

- Installez aussi des gommeurs , elle sait dessiner .

Sur ces mots , Destan retourna auprès des hommes de son équipages , qui attendaient qu'on leur servent un bon repas après cette journée de travail . Il avait lu à travers la demoiselle sans aucun problème , et cela ne lui fessait aucun effet . Destan savait faire cela depuis sa plus tendre enfance , et curieux comme il était , il n’hésitait pas à lire à travers les gens , savoir ce qu'ils pensaient , ce qu'ils ressentaient . Pourtant , il y avait longtemps qu'il ne se servait plus de ce don par curiosité ...

Le repas était succulent . Les braises du feu semblaient monter jusqu'à la lune , virevolter dans les nuages ou plonger dans la mer . L'équipage chantait au rythme de la nuit et du vent , riait en cœur jusqu'au moment où la nuit fut complètement tombée . Destan participait avec joie au repas , puis se rappela lorsqu'il eu finit de manger que la fille était toujours enfermée dans le bateau . Il se leva , demanda au cuistot une assiette , la même que celle qu'il venait de manger : viande de siffleur et pain aux herbes . La portion dégageait un délicieux fumet , mais Destan , était déjà rassasié et n'y prêta guère attention . Un instant il était à côté de ses hommes , à l'instant d'après , il avait disparu dans la nuit ...

Destan monta sur le pont du bateau , alla droit vers la cabine où ses hommes avait enfermés la clandestine .Il déambula dans les couloirs du bateau qui se balançait au rythme des vagues nocturnes . Il sortit une clé de sa poche , la tourna dans la serrure de la porte . La pièce était éclairée par la faible lueur de la nuit et des étoiles et elle était aménagée très simplement . Deux lits fixé au mur , une table en bois , une armoire basse et une chaise . Destan referma la porte derrière lui , s'avança vers le lit où une ombre se dessinait . Il posa sa main sur l'épaule de la clandestine pour la réveiller , enfin si celle si dormait .

- Voilà ton repas .

Il posa le repas sur la table , s'assit par terre et adossé au mur , en croisant les jambes .

- Je te surveille le temps que tu mange , puis , tu m'expliqueras simplement ce que tu fais ici ...

Il prononça ses mots avec une voix douce et posée , à la limite du murmure . Il n'avait pas besoin de parler plus fort , le bateau était désertique et le seul bruit que l'on pouvait distinguer était le son des vagues qui s'écrasaient contre la coque du bateau ...

Il avait choisi ce qu'elle allait devenir , il avait décider de son sort ...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Talyna Sil'Fae
Passager
Passager
avatar

Messages : 18
Date d'inscription : 31/05/2013
Age : 24
Localisation : Zwahalir

MessageSujet: Re: Passagère clandestine à terre [clos]   Lun 3 Juin - 6:10

Talyna était restée immobile, attendant en silence que quelque chose se passe, elle avait dû serrer les dents quand celui qui devait se nommer Destan avait parlé de son frère, de quel droit parlait il ainsi de lui dont il ne connaissait rien ?! On ne "butte" pas un homme, on le tue. Ils l'avaient tué pour éviter de s'encombrer, et elle leur avait facilité la tâche en tombant dans leur piège. Mais elle garda le silence, relevant pourtant son regard étonnant vers cet homme qu'elle considérait comme responsable de la mort de son frère, ne prêta aucune attention aux murmures soufflés par les hommes qui se cherchaient excuses.
"On a pas eu le choix", dirent les uns,
"La fille nous aurait sans doute échappé sans ça", dire les autres.
Mais Talyna n'en pensait rien, c'était lui et lui seul le responsable. Il n'avait pas su tenir ses hommes et son frère en était mort. En les fustigeant de la sorte, c'était lui qui cherchait grâce à ses yeux, une grâce qu'il n'était pas prêt de trouver. Talyna lui en voulait terriblement et ses yeux, lançant comme des éclairs le confirmait bien assez. Elle garda son regard dans celui de l'homme, il semblait lire en elle comme en un livre ouvert et si cela la gênait par instant, cela l'intriguait et attisait sa curiosité bien davantage encore. Finalement, remettant son jugement à plus tard, il demanda à ce que l'on l'enferme. Aussitôt dit, aussitôt fait, elle fut à nouveau soulevée par la taille et posée sur l'épaule de l'espèce de géant tout fait de muscles, d'os et de sang qui sortit sans attendre, sans demander son reste. Talyna vit très vite que cette fois l'escorte dont elle avait [i]bénéficié[i] jusqu'ici s'était dispersée. Elle regardait le sillage de son gardien, essayant de retenir le moindre tournant, le moindre élément qui pourrait lui permettre à la première occasion de s'évader. Elle entendit finalement le bruit d'une clé dans une serrure, entra dans une pièce close de toutes parts, enfin entra... Plus de force que de gré nous nous accordons sur ce point puis, elle n'avait pas encore quitté l'épaule de l'homme qui se retourna pour refermer la porte à clé, la laissant découvrir sa nouvelle chambrée, ou plutôt sa cellule. Deux couchettes, une table et ce qui ressemblait a une chaise, voilà ce qu'il se trouvait dans la pièce, ni plus, ni moins. Elle ne dit rien quand il la posa enfin sur l'un des lits en essayant, elle s'en rendit compte d'avoir des gestes les plus doux possibles. Tous les deux avaient alors échangé un long regard de connivence, avant que l'homme ne la contemple entièrement, ça, ça n'était pas du tout au programme. Elle le laissa pourtant caresser ses formes féminine d'un regard dévorant, ne pouvant rien dire ni rien faire de toute manière, mais il n'alla pas plus loin que cela, en réalité, cette petite chose toute aussi sauvage qu'elle semble être lui rappelait qu'il avait une épouse et une fille, qui toutes deux, il semblait s'en souvenir à présent lui manquer terriblement, il posa une main sur son épaule avec douceur, une douceur maternelle alors que de son autre main, il défaisait ses liens, murmurant finalement, comme de peur de briser cet instant qui lui semblait hors du temps :
"Voilà... Tu seras plus à l'aise comme ça... Essayes de dormir un peu, qui sait ce que Destan te réserve..."
Talyna l'avait regardé en silence toujours, il finit donc par se lever, la clé tourna dans la serrure, enclenchant le mécanisme afin que la porte s'ouvre, elle l'entendit se refermer, le mécanisme être à nouveau sollicité pour cette fois la garder prisonnière de cette pièce... Elle laissa alors ses yeux verser quelques larmes, son frère était mort, elle n'avait même pas pût lui dire une dernière fois qu'elle l'aimait, qu'elle était heureuse de l'avoir pour frère lui et pas un autre... Elle pleura ainsi un moment, donnant des coups de poings et de pieds quand la douleur se faisait trop grande ou qu'on lui refusait l'accès à l'imagination, elle jurait alors doucement entre ses larmes... Mais son chagrin fut loin d'être éternel, elle finit par se calmer, fermant les yeux. Elle ne s'endormit pourtant pas, mais Se reposa, les yeux clos, immobile dans une semi-pénombre, elle attendait que le temps passe... Et il était long ce temps, terriblement long... La jeune Sil'Fae s'était roulée en boule sur le côté, dos à la porte qu'elle entendit s'ouvrir soudainement à nouveau, aussitôt, sans plus bouger que cela, elle ouvrit les yeux, les referma pour faire croire qu'elle dormait, ce qu'en pareille condition elle était incapable. La main qui se posa sur son épaule ne lui permit pas d'identifier celui qui venait la voir mais lui permit de déterminé qu'il ne s'agissait pas de la sorte de Thül qui l'avait plus tôt porté jusqu'ici. Une odeur douce et délicate de viande chaude vint alors agiter ses sens, mais elle resta discrète, se redressa comme péniblement, feignant de se réveiller lentement alors que la voix qui s'élevait soudain dans son dos la figea. Destan. N'a sachant qu'elle conduite adopter, elle décida de se retourner vers lui, elle avait enlevé les épaulières d'acier, se retrouvant en simple chemise finement brodé d'or, de son veston qui sculptait parfaitement ses formes et en un pantalon moulant lui arrivant aux chevilles, ne manquaient que les bottes. Elle resta assise sur le lit, observant l'étranger de son regard plus brillant que des améthystes et de la même couleur quoi que légèrement bleuté. Son regard fut très vite attiré par l'assiette fumante et bien garnie comme elle n'en avait pas vu depuis longtemps comme se nourrissant de viande séchée depuis ce qu'il lui semblait des mois. Son estomac se noua pourtant, lui déclarant qu'il ne parviendrait rien à avaler. Elle murmura alors d'une toute petite voix, comme si elle reprenait lentement conscience de ses cordes vocales.
"Je n'ai pas faim merci, ce n'était pas la peine de demander au chef et à son équipe de de décortiquer pour moi..."
Elle marqua un temps de pause, comme hésitante avant de reprendre en relevant le regard vers lui, plongeant ses yeux dans les siens avec ce qui aurait pût être interprété comme de l'effronterie par certain ou de la politesse par d'autres.
"Que veux tu savoir ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://albrazzia.forumactif.org/
Destan Til'Illan
Admin
Admin
avatar

Messages : 40
Date d'inscription : 19/05/2013
Age : 19

Feuille de personnage
Points de vie:
200/200  (200/200)
Buts et relations:

MessageSujet: Re: Passagère clandestine à terre [clos]   Mar 11 Juin - 5:38

La clandestine observa l'assiette posée sur la table .

"Je n'ai pas faim merci, ce n'était pas la peine de demander au chef et à son équipe de de décortiquer pour moi..."

Destan haussa les épaules . Si elle voulait continuer à manger les saloperies qui se trouvaient au fond des cales , c'était son droit . Elle plongea ses yeux dans les siens , mais Destan n'y prêta guère attention .

"Que veux tu savoir ?"

Destan savait exactement les questions qu'il voulait lui poser , mais garda un instant le silence .

"Quatres choses ."
Dit il simplement avant de poursuivre .
"Ton nom ?"
" Que fessais tu sur mon bateau avec ton frère , et pourquoi ?"
" Saviez vous où le bateau se dirigeait ?"

Un sourire étrange déforma ses lèvres , et il fixa la femme dans les yeux . Les siens pétillaient , on ne sait pour qu'elle raison .

" Je veux aussi savoir si tu préfère restée enfermée ici en attendant qu'un bateau te ramène à Gwendalavir " Il marqua une courte pause . "Ou intégrer l'équipe" Termina t'il sur un ton joyeux .

Il se leva , tourna un instant dans la pièce . Il se stoppa pour écouter les réponses de la clandestine , avant de s'avancer vers la porte .

" Je vais te laisser méditer sur la dernière question cette nuit . "


Il posa sa main sur la poignée de la porte pour l'ouvrir , se stoppa .

" Je suis désolé pour ton frère ... "

La porte se referma , Destan était déjà dehors ...

Lorsque la nuit laissa place au jour , Destan ne s'était pas endormit . Il était assis , face à la mer , ses yeux gris perdus dans l'infinité de la mer Haru . L'eau venait glisser sur la plage avec douceur , rejetant de temps à autres des petits cailloux colorés , que Destan s’empressait de ramasser avant que la mer reprenne son trésor . Soudain il se leva . Le vent lui chuchota à l'oreille , lui caressa la joue . Déjà Destan se dirigeait vers le bateau , se déplaçant à une vitesse qui semblait irréelle . Il grimpa sur le bateau , se dirigea droit vers son but . Il déverrouilla la porte , l'ouvrit doucement ...

Ses yeux se rivèrent sur l'assiette posée sur la table . Vide . Il sourit à cette pensée , prit l'assiette et referma la porte . La fille était endormie , il attendrait qu'il soit plus tard pour revenir . Avec discrétion , il rejoignit les membres de l'équipage , en caressant la poignée de son sabre . Les membres ne savaient pas ce qu'était devenue la fille ... Destan l'avait surement tuée , vu le sourire carnassier qui déformait son visage . Il avait une idée derrière la tête et il devait la réaliser . Tout de suite . Il tira son sabre de son étui et s'enfonça dans la forêt ...

Quand il revint , il portait un corps sur son épaule . Il ne prit aucune attention au regards qui se posaient sur lui , et se longea la forêt . Il s'arrêta devant un endroit où le sable s'enfonçait un peu dans la jungle . Il posa le corps là , puis retourna vers le campement . Destan revint vite vers le corps , muni d'une pelle et d'un seau d'eau . Avec énergie , il commença à creuser un trou ...

Une heure s'écoula avant qu'il ai fini de creuser . Il prit le seau , rinça le corps couvert de sang , et le déposa délicatement dans le trou . Puis , Destan retourna au bateau . Quand il poussa la porte de la chambre et qu'il constata que le demoiselle était éveillée , il entra entièrement dans la pièce .

" Je ne veux pas savoir ta réponse maintenant , je veux juste que tu me suive ... "


Il sortit , sans vérifier que la femme le suivait et se dirigea vers le lieu de repos du frère de la clandestine ...

Il resta debout devant le trou pendant de longues minutes , avant de se tourner vers la demoiselle .

" Je vais l’enterrer ... C'était juste pour que tu sache qu'il était là ... "
Dit il en posant sa main sur son épaule , pour lui donner un peu de réconfort .

Doucement , il jeta du sable sur le corps du frère que ses hommes avaient sauvagement assassiné ...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Talyna Sil'Fae
Passager
Passager
avatar

Messages : 18
Date d'inscription : 31/05/2013
Age : 24
Localisation : Zwahalir

MessageSujet: Re: Passagère clandestine à terre [clos]   Mar 11 Juin - 23:28

Talyna l'observait en silence, calme, terriblement calme, elle l'écouta jusqu'au bout en silence, le regarda se lever, il voulait son nom... Cela elle le lui donnerait, elle n'avait de toute manière rien à perdre, la raison de sa présence par contre lui était personnelle et pour ce qui était de la destination du navire elle répondrait. En entendant sa dernière question, elle écarquilla légèrement les yeux, était-ce même possible ? Vraiment, il l'accepterait ? Elle se méfiait d'une ruse, craignant d'être utilisée comme son frère l'avait été pour la capturer... Cette seule idée lui noua la gorge, il était mort afin qu'on l'attrape elle... Elle et elle seule était finalement la cause de la mort de son frère. Il n'était mort que par sa faute, elle était la seule responsable, la seule à blâmer, la seule à fustiger, la seule à accuser du gachi de sa vie, de son sacrifice vain. Quand finalement elle prit la parole après un temps de silence, ce fut d'une voix posée, calme et quelque part même solennelle.
-Je m'appelle Talyna Sil'Fae. La raison de la présence de mon frère et de la mienne à bord de ton bâtiment nous était propre à tous deux, ce que nous y faisions me semble clair. Nous traversions la mer... Nous savions effectivement où vous vous rendiez.
Elle reprit un instant le silence avant d'enfin détourner le regard, baisser les yeux, non que son regard et son sourire la gène mais simplement qu'elle hésitait, devait-elle lui dire ? Pouvait-elle lui dire ? Il semblait respecter son silence et ses doutes puisqu'il ne dit mot, aussi, finalement obtint-il la totalité de ses réponses. Elle releva vers lui un regard brillant, non de larmes ni de détermination mais simplement de respect en commençant d'une voix faible :
-J'étais assez jeune quand j'ai commencé à dessiner, plus jeune que la plupart des alaviriens, aussi ai-je été confié par mes parents à l'Académie d'Al-Jeit où nous vivions. Je n'en suis sortie que bien des année plus tard, j'étais déjà presque femme et pourtant j'ignorait presque tout du monde extérieur se trouvant par delà les murs de l'Académie. Quand j'en suis sortie, j'ai appris que mes parents étaient mort, qu'il ne me restait qu'un frère qui m'a ouvert les bras avec un plaisir fou alors que je n'avais presque aucun souvenirs de lui. Mais la vie à Al-Jeit nous ennuyait tous deux terriblement et nous voulions voir le monde, aussi sommes-nous parti puis, un jour nous avons entendu parler de votre expédition qui vous mènerait par delà l'océan. Nous n'avons pas eu à réfléchir longtemps, grâce à un petit pas sur le côté nous nous sommes retrouvé à bord au matin de votre périple...
Elle marqua une courte pause, infime, ne voulant pas lui donner l'occasion de la couper, glissant finalement d'une petite voix timide :
-Vous savez tout...
Elle garda sur ce le silence, un silence profond et pesant. Le fixant avec ce même calme qui semblait la caractériser. Attendant une réaction de sa part, quelle qu'elle fut. Sans doute attendait-il la réponse à sa dernière question mais la prudence imposait sur cela le silence à la jeune femme qui le garda donc, le regardant avec un mélange de douceur, d'interrogation et d'un respect profond. Elle le regarda finalement se retourner vers la porte. Elle l'écouta lui annoncer qu'il la laissait réfléchir à sa proposition le restant de la nuit, lui en fut quelque part reconnaissante bien qu'elle n'en montra rien. Elle s'attendait à ce qu'il sorte, sa main s'était posée sur la poignée, avait même commencé à la tourner ce qui avait provoqué un léger craquement du bois. Il ne lui restait qu'à tirer vers lui le battant pour sortir. Mais non, ça ne se passa pas comme ça, il ouvrit encore la bouche pour parler et ses mots transpercèrent le coeur de la jeune femme qui loupa un battement voir même peut-être plus elle en resta sans voix, sans mot, muette alors que sa gorge se nouait, que son coeur se serait pour le faire saigner de plus belle. Il faut dire qu'elle s'était attendue à tout, à tout sans exception, sauf à ça... A tout sauf à ce qu'il lui présente sa compassion pour la mort de son frère, elle ne parvint pas à retenir plus longtemps ses larmes qui envahir ses yeux d'un violet si pur. Elle ne parvint pas même à le remercier avant qu'il ne sorte enfin, mais dès qu'elle entendit la clé tourner dans la serrure, elle se laissa aller à son chagrin, son corps fut un long moment secoué de violents sanglots alors qu'elle s'était laissée tombée sur le sol, s'était recroquevillée sur elle même, se fichant pertinemment de la douleur de ses poignets et de ses chevilles brûlées par les cordes qui l'avaient maintenue saucissonnée pendant un long moment, de ses genoux et de ses muscles éprouvés par sa course folle de tantôt, de ses mains et de ses bras, entaillés par lors de ses chute ainsi que de celle de sa tête venant d'heurter violemment le sol... Elle pleura longtemps ses cris se répercutant sur les murs alors qu'il lui semblait que chacun déchirait ses poumons. Des cris déchirants qui finir par trouver oreille attentive près du géant qui l'avait porté jusque là et qui entra dans la pièce sans que cette fois elle ne l'entende. Il avait refermé la porte sans bruit pour ne pas être surpris par quiconque avec la captive, s'approcha d'elle pour la prendre doucement dans ses bras, elle semblait si perdue, roulée comme elle l'était à la façon d'un chat dans ses bras... Il la berça lentement avant de la porter jus'au lit, en la couchant, effleurant son front, il sentit sa faiblesse dans une fièvre naissante, pinçant les lèvres il regarda autour de lui et vit l'assiette qui ne fumait plus aussi abondamment que plus tôt mais encore un peu... Il la prit aussitôt.
-Ouvres la bouche petite... Tu dois manger... Tu dois prendre des forces... Te laisser mourir de faim ne servira à rien...
Il fut ô combien soulagé de la voir obtempérer, écarter légèrement ses lèvres délicates... Il y glissa aussitôt une petite fourchette qu'elle mâcha longuement avant d'avaler enfin, réouvrant la bouche... Elle ne se rappelait pas que quelque chose puisse être si bon... Si doux en bouche, sur le palais, dans la gorge et l'estomac... Elle n'avait pas souvenance de pareils arômes, son sens du goût sembla s'en éveiller alors qu'elle en demandait encore, qu'elle avalait une seconde bouchée, puis une autre pour le plus grand bonheur de l'homme qui la nourrissait avec patience, lui laisser le temps de mâcher, la voyait reprendre lentement quelques légères couleurs.
-C'est bien petite... Manger c'est important, ne l'oublies pas...
Il l'aida à finir jusqu'à la dernière bouchée de son repas avant de sortir de sa veste une petite brioche sucrée qu'il lui avait apportée et qu'il lui tendit dans un sourire tendre, qu'elle regarda avec surprise mais gourmandise aussi, elle se rappelait de ces petites choses, le sourire qui naquît sur son visage transporta l'homme alors que ses doigts fins et délicats se refermaient sur son dessert, qu'elle le portait elle même à sa bouche, non sans gourmandise. Jamais elle n'avait autant savourer un repas que celui-ci et cela se voyait dans ses yeux étincelants.
Quand elle eut fini, elle se recroquevilla à nouveau contre l'homme qui la regarda dans un sourire paternel et protecteur, la laissa s'endormir dans l'enceinte rassurante de ses bras forts. Une fois certain qu'elle dorme profondément, il la glissa dans le lit, posant doucement sa tête barrée d'une légère entaille sur l'oreiller, la bordant avant de se retirer, laissant derrière lui l'assiette vide. Nul ne devait savoir...

A son réveil, constatant qu'elle était seule à nouveau,Talyna reste silencieuse, en regardant vers la table, elle constata que l'assiette avait disparu mais ne s'en inquiéta aucunement, elle s'assit sur le lit, les yeux au sol, caressant machinalement le médaillon suspendu à son cou par un léger cordon. L'imagination encore lui était inaccessible, la chose la gênait, l'angoissait mais elle se raisonna pour ne pas céder ni au chagrin ni à la panique. Elle se leva, fit quelque pas douloureux dans la pièce avant que la porte ne s'ouvre, elle regarda l'homme qu'elle reconnaissait parfaitement... Destan... Tout chez lui l'intriguait, son regard, ses gestes, si souples et si félin, cette grâce animale qui se trouvait dans le moindre de ses mouvements... Elle le regarda en silence, l'écouta, opinant faiblement alors qu'il se retournait déjà, elle claudiqua donc derrière lui sur quelques mètres avant que les fourmillements qui agitaient les muscles de ses jambes ne cessent, lui permettant de le suivre plus aisément, sa démarche, pourtant souple semblait à côté de lui pesante, lourde, pataude. Quand il s'arrêta finalement, elle qui était restée par prudence à cinq bons mètres de lui se rapprocha à tâtons, prête à fuir au moindre geste surprise de cet homme qui lui inspirait le respect mais dont elle se méfiait... Quand son regard tomba sur le corps sans vie de son frère, elle se figea, n'aurait-il pas été si blanc, ses yeux n'auraient ils pas été clos, son visage n'aurait-il pas été si fermé qu'elle aurait put le croire simplement endormi... Mais tous ses éléments lui rappelait bien combien la vie avait put le quitter, elle fut ravager par sa vue, mais ne cilla pas, aucun mot, aucune larme, seul son coeur battant à tout rompre et son souffle devenu saccadé en l'espace d'une seconde trahissait son chagrin, elle n'écouta pas, n'entendit pas l'homme parler, les yeux rivés dans le trou... Elle ne sentit pas même sa main se poser sur son épaules frêle.
Les gommeurs n'étant plus là pour la bloquer, elle entra dans l'imagination, n'eut pas besoin d'aller très loin dans ce semblant de monde qui était le sien avant qu'un essaim de papillons aux ailes colorés ne s'envole du trou, ce fut ça façon sans doute de dire adieu à son frère avant de le recouvrir de terre, d'y faire pousser une fleur toujours à l'aide du dessin... Ses iris tremblaient dans le blanc de son oeil rougit par le chagrin alors que les larmes montaient mais elle resta forte. Silencieuse avant de murmurer sa réponse à la proposition de Destan.
-Si vous voulez bien de moi, j'intègre votre équipe...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://albrazzia.forumactif.org/
Destan Til'Illan
Admin
Admin
avatar

Messages : 40
Date d'inscription : 19/05/2013
Age : 19

Feuille de personnage
Points de vie:
200/200  (200/200)
Buts et relations:

MessageSujet: Re: Passagère clandestine à terre [clos]   Mar 18 Juin - 8:15

Destan regarda les papillons multicolores s'élever vers l'infini bleu , puis disparaître en laissant derrière eux des trainées de paillettes dorées . Il prit une grande respiration , termina son travail . Quand le trou fut rebouché , il se redressa , essuya son front avec sa main . 

-Si vous voulez bien de moi, j'intègre votre équipe...


Sa voix était un murmure , mais Destan l'entendis comme si elle avait parlé tout haut . Il resta devant la tas de sable en silence pendant de longue minutes , laissant à Talyna un temps pour accepter .

- Talyna ? Je m'en vais , viens avec moi .

Son ton était doux , mais autoritaire . Il posa sa main sur son épaule , et la secoua amicalement , un sourire rassurant sur les lèvres . Puis il se dirigea vers le campement , encore endormit puisque Destan n'avait pas encore annoncé le réveil , et que personne n'avait envie de travailler . Seul le cuistot et ses quelques acolytes préparaient un petit déjeuner . Une douce odeur de pain frais flottait dans l'air . Destan se déplaça sans aucun bruit jusqu'au milieu des tentes et des quelques hommes qui avaient dormit à la belle étoile .


- DEBOUT TOUT LE MONDE !!!!

Des grognements fatigués secouèrent le camp , et déjà des hommes sortaient des tentes en s'étirant de tout leur long ou se frottaient les yeux avec des gestes engourdis . Très vite , tous se présentèrent à l'endroit où le cuistot distribuait de délicieux petits pains . Les hommes se placèrent en groupes , et Destan invita Talyna à le suivre jusqu'au plus grand des groupes qui mangeait en riant . Il s'assit près d'eaux avant de proclamer .



- Je vous présente Talyna , elle fait désormais partie de l'équipage ! Déclara-t-il 

Les hommes se regardèrent , et saluèrent la jeune fille avec courtoisie . Il n'y avait pas que des hommes , et Destan désigna quelques femmes du menton qui souriaient avec douceur à Talyna . Destan appela le cuistot .

- Hey ! Deux pains s'il te plaît Arouk !

Arouk arriva avec un petit panier rempli de pains , en tendit deux à Destan . Il remercia le cuistot , qui le gratifia d'un sourire . Il tendit un des petit pain à Talyna .

- Voilà pour vous mademoiselle ! Dit-t-il avec un sourire amusé .

Puis , il croqua dans son pain , éclatant d'un rire frais . Arouk repassa plusieurs fois avec son panier , et tout le monde mangea amplement assez , même trop peu être . Destan tapota son ventre avant de se lever et d'annoncer un temps libre d'une heure avant de reprendre le travail au port provisoire ...
Pendant ce temps , il monta sur une pierre face à la mer avec l'agilité d'un chat , et ouvrit les bras un instant et respira l'air du grand large , l'air de la mer Haru , l'air d'un nouveau voyage . Il baisse et bras , et trace à l'aide d'un caillou pointu quelques lettres dans le sable .

Papillons colorés
Dessinent dans le ciel
La promesse d'une nouvelle amitié

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Passagère clandestine à terre [clos]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Passagère clandestine à terre [clos]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Retour en terre originelle [Post clos]
» Probabilité d’un nouveau tremblement de terre 5.0 avant 21 février
» tremblement de terre haiti
» Entre Ciel et Terre [pv Nuage d'Or et Nuage Enneigé]
» Un temple sous terre [PV Kusari]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Zwahalir : la quête de Destan :: Zwahalir :: Port de débarquement-
Sauter vers: